©William May
à propos des spectacles

carnet de bord #2 :
Le vent en poupe !

Publié le 17.01.20 par La Comédie de Béthune

— Béthune, le 20 janvier 2020 —

Cher journal,

Cela fait maintenant une semaine que je me suis embarqué dans cette Odyssée. C’est l’effervescence dans le navire. Je vois, en effet, tout autour de moi l’équipage au travail. En une semaine, l’avancée est considérable : nous avons parcouru bien des miles depuis notre départ. Les choses se précisent et chacun sait désormais ce qu’il doit faire. Marion Jadot, l’assistante de la capitaine, a convoqué l’équipage et précisé le programme à suivre pour les jours prochains : il est impératif de s’y tenir pour arriver à bon port. La capitaine nous parle de notre première escale à Bruay-La Buissière. Le cap est fixé ! Il ne nous reste plus qu’à mettre tout en œuvre pour être prêts le 30 janvier. Dans une ambiance conviviale et bon enfant, les comédiens-explorateurs s’exercent sur le pont : ils répètent textes, gestes, mouvements sous l’œil de la capitaine et de l’équipe technique.

A cette période de l’année, le froid se fait sentir sur les terres arides du Pas-de-Calais. Des confettis de neige ont même commencé à tomber sur le plateau. Pour affronter la froidure hivernale, la costumière Camille Pénager a sorti de sa malle une multitude d’étoffes : cagoules, bonnets, doudounes, longues écharpes, poncho en laine et autres accessoires jonchent la scène. Très vite les comédiens s’en emparent pour mieux interpréter leurs personnages. On se réchauffe ensuite autour d’un bon café chaud. Je savoure ce temps de pause car bientôt il faudra retourner à son poste. Mais pour l’heure, chaque comédien-explorateur évoque son histoire personnelle, parle de sa ville, de sa famille qui l’attend et des projets qu’il espère accomplir une fois cette Odyssée terminée. Je réalise ainsi que je ne suis pas seul à avoir laissé mes proches loin de moi. Je pense à mes parents qui me manquent. J’espère qu’ils seront fiers de moi. C’est peut-être ça la clé des Odyssées 2020 : s’interroger sur les rapports parents-enfants, souvent complexes.

Dans une des cabines, un tableau est accroché. Il s’agit d’une reproduction de la Reconnaissance d’Ulysse et de Télémaque d’Henri-Lucien Doucet. Je reste quelques temps à la contempler. Je comprends, qu’à la vue de ces retrouvailles père-fils, ce tableau soit au cœur d’un des textes d’Odyssées 2020.

©William May

©William May

Ah Ulysse ! On parle beaucoup de lui ici. Il hante les esprits et les discours. Certains même tentent de l’imaginer, de le décrire, de le dessiner, de l’apprivoiser. Mais en vain car il a de multiples visages.

©William May

©William May

Conseils de survie :

  • Penser à surveiller les provisions (notamment celles de fromage comme l’exige la capitaine)
  • Faire attention aux conditions météorologiques
  • Se préparer à une éventuelle tempête

Tu sais, journal, je ne suis pas très serein quant à la suite de cette aventure. Je me prépare, en effet, au pire. La capitaine n’ose pas nous le dire mais je vois bien dans son œil que quelque chose ne va pas : une menace approche. Les comédiens-explorateurs le sentent aussi. J’ai entendu parler de créatures aussi séduisantes qu’hideuses. Nous devons nous en méfier. Rien qu’en te l’écrivant, j’en ai des frissons…

 

Partagez ce contenu autour de vous !

En liens

Laisser un commentaire

Haut de page