à propos de la comédie

confiné·e·s mais en soutien !

Publié le 22.03.21 par Cécile Backès

La Comédie de Béthune exprime son soutien au mouvement national d’occupation des théâtres amorcé le 4 mars au Théâtre de l’Odéon.

Les élèves de la classe préparatoire « Égalité des chances » s’associent à l’équipe permanente et intermittente du Centre dramatique national pour demander la réouverture des théâtres et des lieux de culture avec un calendrier négocié pour une reprise progressive de l’activité dans le respect des précautions sanitaires.

Depuis mars 2020, de nombreux·se·s spectatrices et spectateurs nous ont adressé des messages de soutien et de réconfort. Ces derniers jours, certains ont exprimé une demande claire de réouverture. Nous les en remercions, car c’est bien de retrouver l’art du théâtre dont il s’agit, de retrouver les récits de notre histoire commune, l’élévation de l’esprit et l’émotion collective, ensemble, dans un même espace.

Pour freiner la propagation de l’épidémie dans le département du Pas-de-Calais, nous sommes confiné·e·s le week-end depuis quelques semaines. Depuis le vendredi 19 mars, nous sommes confinés plus durement et l’espoir d’une réouverture rapide pourrait faiblir. Nous vivons et travaillons dans une ville et un territoire fortement atteints par des situations sociales brutales. Et parce qu’ici tout le monde doit « faire avec » avec la difficulté au quotidien, parce que les obstacles sont nombreux, nous devons faire preuve de ténacité et de courage.

C’est pourquoi nous pensons urgent de nous mobiliser pour faire entendre la nécessité d’une réouverture de nos lieux au public, dans le respect des précautions sanitaires et sur la base du protocole de reprise d’activité graduée proposé dès le mois de janvier par plusieurs organisations professionnelles (SYNDEAC, SNSP, FORCES MUSICALES, PROFEDIM).

Nous demandons également le retrait définitif du projet de réforme des conditions d’accès à l’assurance-chômage, vue la grande fragilité de nombre de nos concitoyens dans le contexte actuel.

Nous sommes en effet inquiet·e·s de voir, comme certaines études le démontrent, les atteintes psychologiques de la situation de crise sur nos concitoyen·ne·s (dont nos collègues intermittent·e·s et salarié·e·s permanent·e·s), conséquence directe de la perte de toute sociabilité – que celle‑ci se vive dans nos lieux ou dans les espaces de convivialité que sont les restaurants et les cafés. Nous sommes inquiet·e·s de voir s’accroître les inégalités sociales, la dégradation de la situation financière et le manque de perspectives des plus précaires et des étudiant·e·s.

Nous pensons qu’il est urgent de faire entendre les difficultés traversées par notre secteur et, au-delà, dans de nombreux autres.

Nous sommes mobilisé·e·s, à l’initiative du SYNDEAC, sous le mot d’ordre « Le printemps est inexorable» – #feuvertpourlaculture et invitons tous les citoyen·ne·s et élu·e·s à nous rejoindre en signant une liste de soutien pour faire entendre le besoin d’art, de culture et de justice qui nous animent tou·te·s.

Rappelons enfin que Le Conseil d’Etat, lors de son jugement rendu au mois de décembre à l’occasion du référé-liberté déposé par les organisations professionnelles de notre secteur, soulignait que la fermeture de nos lieux ne pouvait s’inscrire dans la durée sans porter une atteinte injustifiée à plusieurs libertés fondamentales dont la liberté d’expression et de création. Aujourd’hui, un an après le début de cette crise, nous y sommes.

Cécile Backès
metteure en scène
et direcrice de la Comédie de Béthune CDN

Partagez ce contenu autour de vous !

1 commentaire

Déposez le vôtre
  • Christine le 22 mars 2021

    total soutien!

    Répondre

Laisser un commentaire

Haut de page