© Christophe RAYNAUD DE LAGE
à propos des spectacles

Désirer tant : dossier pédagogique

Publié le 08.01.20 par Philippe Cuomo

dossier réalisé par Philippe Cuomo

« On pourrait dire que ce sera une histoire des « petites gens. Une histoire d’anti-héros. Ou une histoire par le prisme de ceux qui sont oubliés des grands récits, invisibles en tant que personnes, apparents en tant que masse. Une histoire par la lorgnette de la cuisine et du salon. »

« (…) j’ai eu envie de déployer le parcours devenu fictif d’une femme dans la grande histoire. De raconter comment son parcours intime de désir et de quête de liberté est traversé par la complexité du monde qui l’entoure, quelle que soit la conscience qu’elle en a. Et d’interroger la manière dont cette tension entre l’intime et l’Histoire s’est transmise de génération en génération et précisément ici, de mère en fille. » 
Charlotte Lagrange

Se préparer au spectacle

I Un projet singulier

I-1 Une jeune auteure

 

© Christophe Raynaud de Lage

© Christophe Raynaud de Lage

 

ACTIVITÉ :

Consultez ces sites pour découvrir Charlotte Lagrange.

  • Par groupe, vous pouvez ensuite établir une biographie croisée. Un groupe évoque et définit ses différents « métiers », un autre s’intéresse à ce qu’est l’école du TNS, un troisième présente son travail de plateau, un quatrième propose une interview fictive à laquelle répondront d’autres élèves de la classe etc.

 

I-2 Découvrir la note d’intention de Charlotte Lagrange

« Quand j’ai connu mes grands-parents, ils étaient tous deux retraités, au fond d’une vallée alsacienne, en retrait de la politique, comme hors du monde.

Ils ne vivaient pas pour autant reclus. Le monde, ils le parcouraient, par des voyages touristiques, ou culturels.

Et ils avaient leurs opinions. Simplement, ils ne semblaient pas y participer. Ils en étaient spectateurs.

Mais comme tout spectateur qui se pense hors de la scène du monde, ils en étaient partie prenante.

Et toute leur histoire pourrait se raconter ainsi. À commencer par leurs implications respectives dans la deuxième guerre mondiale. Leurs récits sont le point de départ de mon envie de raconter l’histoire d’une famille qui, de génération en génération, d’époque en époque, ne s’engage dans aucun combat politique et pourtant participe, collabore ou entre en résistance, sans s’en rendre compte.

(…)

C’est dans l’espace du foyer, lieu de l’intime et de la famille qui s’initiera cette pièce.

De la cuisine au salon, la maison sera une fenêtre sur le monde.

Alors que ces personnages vivront en retrait de la politique, le monde extérieur surgira à l’intérieur de l’espace domestique, le transformant de fond en comble.

J’aimerais ainsi créer une sensation de voyage au plateau.

(…)

Cette fable se racontera par visions successives voire simultanées, mettant en scène plusieurs époques en même temps, dans des niveaux de réalités différents. Des scènes du passée pourront par exemple surgir et se rejouer au milieu d’un repas de famille. De même pour des événements à venir qui pourraient ainsi intervenir comme une prémonition. »

ACTIVITÉS :

  • Reprenez ce texte et donnez un titre à chaque paragraphe.
  • Explicitez le projet de Charlotte Lagrange sous la forme de mots clés en distinguant ce qui concerne la fable, l’esthétique, les thèmes.
  • Formulez des questions relatives aux thématiques du spectacle.
  • Formulez des questions dramaturgiques liées au spectacle.

 

  • En quoi la photographie ci-dessous permet-elle de confirmer ce que vous venez d’élaborer.
©Christophe RAYNAUD DE LAGE

©Christophe RAYNAUD DE LAGE

 

 

II Le début du texte

Extrait 1

1 – Pas grand monde.

Le lendemain du coup de fil. Véra et Katell entrent dans le jardin d’Olga avec une urne funéraire. Le jardin est bordé de sapins.

Véra — Y’avait pas grand monde quand même à cette

            crémation

Katell — Y’avait toi et moi c’est l’essentiel

Véra — C’est ce que je disais

            y’avait pas grand monde

            j’aurais pu dire aussi

            y’a vraiment personne pour lui dire au revoir ?

Katell — C’est ici

Véra — C’est – joli

Katell — Tu trouves ?

Véra — Oui oui c’est –

            disons que c’est bucolique

Katell — J’ai jamais compris pourquoi elle a voulu s’installer là

            Et littéralement s’y enterrer

            vouloir y enterrer ses cendres !

            Jusqu’au bout elle m’aura enquiquinée

            et je suis polie!

            je te raconte pas

            autorisation préfectorale

            autorisation du maire de la commune de naissance de la défunte

            +autorisation du maire limite facho de ce bled

            j’ai fait la tournée des grands ducs

Véra — C’est bon tu as fini de te recueillir ?

Katell — Tu t’en fous de ce que je dis ?

Véra — Non c’est pas ça

Katell — On peut pas parler avec toi

Véra — Je ne la connaissais même pas !

Katell — Tu m’en veux c’est ça

            c’est ça tu m’en veux ?

Véra — Maman

            On va en finir avec ça

            On va procéder sereinement à la dispersion

            On creuse un trou je sais pas où –

Katell — Au pied d’un sapin

Véra — Très bien

            On creuse un trou où tu voudras –

            On verse les cendres

            Et on se casse

Katell — Pourquoi tu es tellement pressée ?

Véra — Maman

Katell — Tu n’as jamais de temps pour moi

            Véra soupire

            Je suis désolée

            Ce n’était pas

            Je veux dire

            Je ne voulais pas te donner une grand-mère comme ça

            Elle n’était pas

            Une belle personne

            Ça ne va pas ?

Véra — Non ça va pas non ça va pas

Katell — C’est vrai tu es quand même un peu pâlotte

Véra — J’ai envie de vomir maman

            j’ai la nausée

            depuis ce matin

Katell — C’est l’enterrement qui te fait ça ?

Véra — Je n’en sais rien

Katell — C’est le col du Bonhomme alors

            celui-là

            à chaque fois j’ai eu la gerbe

Véra — Tu es déjà venue ici ?

Katell — Oui

            Je vais te chercher quelque chose

Véra — Quand ?

Katell évacuant le problème

            Je dois avoir du Vogalène dans la voiture quelque part

            Respire,

            respire bien ma chérie

            l’air pur

            il y a ça au moins ici

 

Extrait 2

2 – Vous êtes enceinte non ?

Véra reste seule dans ce jardin à l’abandon

Le fantôme d’André apparaît lorsque Katell sort.

André — Excusez moi ?

            Mademoiselle!

Véra la tête dans ses mains ou pliée en deux pour faire passer la nausée — Oui ?

André — Ça ne va pas ?

Véra — Si si –

            Vous venez pour – l’enterrement ?

André — Je – Non c’est –

            Vous avez l’air – vous avez l’air tellement seule.

            Excusez-moi, ça fait plusieurs soirs que je vous regarde

            Ça ne se fait pas de regarder ainsi ?

Véra — Quoi ? Où ça ?

André — Où avez-vous appris à danser la valse comme ça ? Et le tango ?

Véra — Mais je – je n’étais pas là hier, ni avant-hier, je –

            je viens d’arriver

André — Vous êtes enceinte non ?

Véra — Pardon ?

André — Je pense que vous êtes enceinte

            Je pense que – Je pense que vous êtes enceinte

Véra — Mais vous êtes qui ?

André — Vous êtes enceinte

            Je vous ai vue tout à l’heure, vous passiez votre main là

            alors je me suis dit que

Véra — Vous êtes qui ?

            Vous – vous ressemblez à – non mais

            Vous êtes qui ?

André — Ce que je veux dire c’est que si jamais

            vous étiez enceinte

            si jamais

Katell revient et voit sa fille en conversation

            c’est seulement une hypothèse

            faisons seulement l’hypothèse

            si jamais vous étiez enceinte

Katell — Tu parlais à quelqu’un ?

Tu as croisé un voisin ?

Véra — Il est passé

            se corrige

            Je veux dire – un homme est passé

            mais je ne sais pas où il est passé

            il passait

Katell lui touche le front — Tu as de la fièvre !

            Je n’ai pas trouvé les médocs

            Peut-être qu’il y a quelque chose dans le chalet

            un verre d’eau au moins, je vais te chercher un verre d’eau !

            Attends-moi là.

            Évite simplement de vomir ici, dans les sapins

            Je préfèrerais – tu vois ?

 

ACTIVITÉS :

Lors d’un prologue le personnage de Véra découvre en même temps qu’elle avait encore une grand-mère et que celle-ci vient de mourir.

  • Quelles informations découvrons-nous dans ces deux scènes ?
  • Les réactions de Véra : afin de rendre compte de votre compréhension de ces textes, imaginez une page du journal intime de Véra qu’elle écrirait le soir, après ces deux scènes. Elle ferait part de son état, de ses émotions, de ses interrogations, de ses peurs etc. 
  • Quelles questions dramaturgiques soulèvent ce début ?
  • Imaginez, sous la forme d’un croquis, une scénographie pour ces scènes. Comparez votre proposition avec cette note sur l’espace présente au début du texte :

« La pièce a lieu dans le jardin d’Olga. Un jardin rempli de sapins et hanté par des fantômes qui vont faire apparaître des espaces du passé afin d’y rejouer l’histoire d’Olga. »

 

 

III Aller plus loin

ACTIVITÉS :

  • À quelle fable pourrait donner lieu ce point de départ énoncé par Charlotte Lagrange ?

« Je suis partie de l’histoire de ma grand-mère dont j’ai toujours su qu’elle avait travaillé pour et avec les Allemands pendant la deuxième guerre mondiale en Alsace, et qu’elle avait aimé cela parce que ça l’avait libéré de la violence de son père.

Après la guerre, elle s’est mariée avec mon grand-père, juif, sans que cela ne semble leur poser de question, comme si chacun voyait dans le couple un refuge pour ne pas appartenir à la grande histoire. »

  • Regardez la présentation de la pièce par Charlotte Lagrange :

  • Établissez un arbre généalogique incluant les personnages. Aidez-vous, éventuellement, de la liste des personnages présente au début de la pièce.

– Olga

– Véra, sa petite-fille

– Katell, diminutif de Catherine, la fille d’Olga, et mère de Véra

– La mère d’Olga

– Joyce, secrétaire et amie d’Olga

– Alexander, amant d’Olga

– Alex, amant de Véra

– Monsieur Dambrin, le patron d’Olga

– André, le mari d’Olga et père de Katell

– Liesel, l’amie d’enfance d’Olga

  • Que comprenez-vous de la fable ?
  • Reformulez clairement sous la forme d’une nouvelle note d’intention les enjeux du projet.

 

IV Vers le spectacle

IV-1 En images

© Christophe RAYNAUD DE LAGE

© Christophe RAYNAUD DE LAGE

© Christophe RAYNAUD DE LAGE

© Christophe RAYNAUD DE LAGE

ACTIVITÉ :

  • Proposez une analyse de ces deux photographies du spectacle. Vous vous intéresserez notamment à l’espace proposé et en quoi elles soulignent ce que déclare Charlotte Lagrange dans sa note d’intention.

 

IV-2 Découvrir le teaser

 

ACTIVITÉ :

  • Qu’est-ce qui vous étonne, vous surprend, vous amuse, vous interroge etc.

 

S’interroger après le spectacle

Rendre compte

Voici trois activités pour rendre compte de ce spectacle.

ACTIVITÉS :

  • Associez le spectacle à un mot que vous proposerez à un camarade. Celui-ci doit définir et développer le lien entre ce mot et le spectacle vu. Enchaînez les réponses.
  • Divisez la classe en autant de groupes que de personnages dans la pièce. Les groupes se répartissent dans la salle de classe. Au centre, le professeur ou un camarade pose des questions alternativement à l’ensemble des groupes. Pour répondre à ces questions, un camarade du groupe sollicité prend la parole et parle à la première personne comme s’il était le personnage. Les questions doivent permettre d’évoquer, de préciser, d’analyser le spectacle.
  • Pour rendre compte du spectacle, par groupe de 4 ou 5, proposez à vos camarades des tableaux vivants sous la forme d’images arrêtées. Choisissez 5 moments importants du spectacle. Les autres doivent denier de quel moment il est question.

 

Analyser

Une question se pose : comment l’art, qui par essence correspond à une technique, peut-il représenter le divin lié à l’indicible ?

ACTIVITÉS :

 

  • À votre tour d’écrire une critique : elle doit impérativement évoquer le spectacle et en proposer une analyse.

 

  • Comment les questions dramaturgiques que vous avez formulées avant le spectacle se trouvent-elles traitées par la metteure en scène ?

 

Résonances

            La question des liens entre histoire et Histoire, le passage par la fiction, le théâtre « documenté » qui s’intéresse aux récits manquants évoquent le projet d’Alexandra Badea avec sa trilogie Points de non-retour, autre moment fort de la saison.

 

Premier opus : Points de non-retour [Thiaroye]

Dossier pédagogique :

http://www.comediedebethune.org/wp-content/uploads/2014/08/dossier-pedagogique-points-de-non-retour-philippe-cuomo.pdf

 

Deuxième opus : Points de non-retour [Quais de Seine]

Site de la compagnie :

https://www.anahiproduction.fr/alexandra-badea/quais-de-seine

Teaser :

https://www.theatre-contemporain.net/video/Points-de-non-retour-Quais-de-Seine-de-Alexandra-Badea-Extraits

Présentation du spectacle sur le site de La Colline

https://www.colline.fr/spectacles/points-de-non-retour-quais-de-seine

Présentation du spectacle sur le site du festival d’Avignon

https://www.festival-avignon.com/fr/spectacles/2019/points-de-non-retour-quais-de-seine

La presse « spécialisée » en parle :

https://www.theatre-contemporain.net/spectacles/Points-de-non-retour-Quais-de-Seine/critiques/

https://www.journal-laterrasse.fr/points-de-non-retour-quais-de-seine-dalexandra-badea-2/

 

Le troisième opus n’est pas encore créé.

 

 

Partagez ce contenu autour de vous !

En liens

Laisser un commentaire

Haut de page