©Marius Beaufre
à propos des spectacles

Enfants : fiche pédagogique

Publié le 29.01.20 par Philippe Cuomo

FICHE PÉDAGOGIQUE RÉALISÉE PAR PHILIPPE CUOMO

télécharger la fiche pédagogique au format .pdf

Partir du teaser

Première étape

ACTIVITÉS :

  • Quels sont les différents liens possibles avec le titre ?
  • Que devinez-vous de la fable ?
  • S’agit-il d’un spectacle basé sur une esthétique naturaliste ?

Deuxième étape

Deux jeunes parents, Jan et Maryline, travaillent en horaires décalés dans un supermarché. Isolés, pressés par le temps, ils n’ont ni vie sociale ni vie de famille.

La pièce s’ouvre sur le retour de Jan. Il est bouleversé. « Il y avait un accident sur la route ». Maryline le questionne mais le téléphone sonne. Certainement l’école, ils sont déjà en retard…

Pourquoi ne vont-ils pas chercher les enfants ? Pourquoi Maryline ne repart-elle pas travailler ? Pourquoi chez Jan, cette obsession de l’accident ?

ACTIVITÉ :

  • Voilà le synopsis de la pièce : quels liens pouvez-vous faire à nouveau avec le teaser ?

 

Écrire

© Jacques Lansmann éditeur

© Jacques Lansmann éditeur

N.B. : Cette image est sur la couverture du texte édité aux éditions Lansman. Elle n’a rien à voir avec la scénographie ou les comédiens du spectacle.

ACTIVITÉ :

  • Écrire une courte scène de théâtre à partir de cette image. Observez bien l’image avant de commencer.

 

Un conte ?

« J’ai commencé en 2013 à réfléchir à une adaptation libre d’Hansel et Gretel, centrée du côté des parents. »

Muriel Coquet

ACTIVITÉS :

  • Connaissez-vous l’histoire de Hansel et Gretel ?
  • Quels liens pouvez-vous faire avec Enfants?

 

Aller plus loin

Note d’intention de la metteure en scène

Dans un article du Monde paru en juin 2013, la journaliste Pascale Krémer s’interroge sur ces « 900 000 jeunes inactifs découragés de tout ». Non diplômés, rejetés parfois dès la 3e du système scolaire, désabusés par leurs « expériences » du monde du travail se limitant presque exclusivement à des intérims, ils attendent que le temps passe et n’espèrent plus rien, ni de l’école, ni de l’état, ni de la société.

Et puis il y a ceux qui tentent de survivre, qui sont au bord de la misère, qui peuvent parfois s’offrir un voyage ou une nouvelle télévision, c’est-à-dire accéder à la consommation d’autres produits que ceux de première nécessité, ces produits qui inondent les supermarchés, magasins, entrepôts que ces mêmes personnes voient, touchent, sentent à leur travail.

Il y a encore les enfants, traversés par les angoisses de leurs aînés et de leurs parents sans bien les comprendre.

Tout près d’une grande forêt vivaient un pauvre bûcheron, sa femme et leurs deux enfants. Le pauvre bûcheron gagnait si peu qu’il n’avait presque rien à leur donner d’ordinaire, mais lorsqu’il y eut la famine dans la contrée, ce fut même le pain quotidien qui manqua.

J’ai commencé en 2013 à réfléchir à une adaptation libre d’Hansel et Gretel, centrée du côté des parents.

J’avais aussi à l’époque l’envie de monter Ce que j’appelle oubli de Laurent Mauvignier. Ce texte puissant trouve son inspiration dans un fait divers : un Lyonnais a été battu à mort pour avoir bu une canette de bière sans l’avoir payée. Le texte est à la fois un grand cri de révolte et d’indignation et une parole de consolation.

Et puis, un jour, j’ai lu un article à propos d’un autre fait divers : un homme condamné pour avoir braqué une épicerie au moment de Noël avec l’idée de pouvoir offrir des cadeaux à ses enfants. Les thématiques principales, le travail en supermarché et la parentalité, se sont alors réunies et j’ai commencé à écrire.

 

Quelques photos du spectacle

©Marius Beaufre

©La lune qui gronde

©Marius Beaufre

©La lune qui gronde

©Marius Beaufre

©La lune qui gronde

ACTIVITÉ :

Mots clés pour ce spectacle : ____________

 

Partagez ce contenu autour de vous !

En liens

Laisser un commentaire

Haut de page