productions

©Thomas Faverjon / Mémoire de Fille

contact

Pauline Civard
chargée de production et de diffusion
06 40 67 74 44 – p.civard@comediedebethune.org

productions

Mémoire de fille : création 18/19

texte Annie Ernaux (éditions Gallimard)version scénique Cécile Backès Margaux Eskenazi mise en scène Cécile Backès jeu Pauline Belle, Jules Churin, Judith Henry, Simon Pineau, Adeline Vesse assistanat à la mise en scène Morgane Lory scénographie Raymond Sarti dramaturgie Guillaume Clayssen mouvement Marie‑Laure Caradec, Aurélie Mouilhade lumière Christian Dubet costumes Camille Pénager stage costumes Déborah Brian maquillage, coiffure Catherine Nicolas accessoires Cerise Guyon vidéo Quentin Vigier musique Joachim Latarjet son Tom Ménigault régie générale Hugo Hamman régie plateau Valentin Dabbadie régie son Julien Lamorille régie vidéo Virginie Premer construction Walter Gonzales – Atelier Triline, Jean-Claude Czarnecka

Dans Mémoire de fille, Annie Ernaux replonge dans l’été 1958, celui de sa première nuit avec un homme, à la colonie de S dans l’Orne. Nuit dont l’onde de choc s’est propagée violemment dans son corps et sur son existence durant deux années.
S’appuyant sur des images indélébiles de sa mémoire, des photos et des lettres écrites à ses amies, elle interroge cette fille qu’elle a été dans un va‑et‑vient implacable entre hier et aujourd’hui.

L’Autre fille : création 17/18

texte Annie Ernaux (NIL éditions, Paris, 2011) version scénique Cécile Backès, Margaux Eskenazi mise en scène Cécile Backès jeu Cécile Gérard assistanat à la mise en scène Lola Naymark scénographie Raymond Sarti dramaturgie Guillaume Clayssen mouvement Marie-Laure Caradec son Juliette Galamez costumes Camille Pénager régie générale Julien Lamorille régie plateau Marie-Laurence Fauconnier construction Jean-Claude Czarnecka

1er volet du focus Annie Ernaux, plongeons dans l’histoire familiale de l’écrivaine, de sa soeur morte qu’elle n’a pas connue et à qui elle adresse une lettre. Cécile Backès nous emmène en voyage dans l’intimité de la mémoire. Un seul-en-scène conçu pour jouer partout mettant en lumière la portée des non-dits et le poids de l’absence, en impliquant le spectateur dans un dispositif quadrifrontal.

Une Île : création 16/17

textes Samuel Gallet, Mariette Navarro mise en scène Julien Fišera, Arnaud Anckaert interprétation Maxime Le Gall, Noémie Rosenblatt, Céline Dupuis scénographie Mathieu Lorry-Dupuy lumière Kévin Briard son Benjamin Delvalle costumes Alexandra Charles régie générale Sébastien Simon régie son Julien Lamorille

Suite à une catastrophe un peu plus au Nord, une vague déferle sur la France et submerge une partie du pays. Tout est sous les eaux, sauf une centaine de kilomètres carrés qui deviennent une île: Béthune et ses environs ont été sauvés. Une partie de la population a dérivé, une poignée de survivants se retrouve sur cette nouvelle terre à peupler. Les saisons passent et la vie se réorganise. Les nouveaux venus n’ont jamais connu le temps d’avant, sans la mer, quand il était encore possible de prendre un train pour voir du pays. Jusqu’au jour où le territoire est soumis à une crise, une nouvelle décision à prendre pour ses habitants, reposant la question de l’ouverture et de la nouveauté.

coproductions 19-20

coproductions 18-19

Coproductions des saisons précédentes en tournée en 18-19 :

archives des productions

Mon Fric : création 16/17

texte David Lescot (éd. Actes Sud) mise en scène Cécile Backès | La Comédie de Béthune CDN Nord – Pas de Calais – Picardie jeu Pauline Jambet, Pierre-Louis Jozan, Maxime Le Gall, Simon Pineau, Noémie Rosenblatt dramaturgie Guillaume Clayssen assistanat à la mise en scène Margaux Eskenazi scénographie Raymond Sarti chorégraphie Marie-Laure Caradec lumière Pierre Peyronnet son Stephan Faerber conseil son Juliette Galamez costumes Camille Pénager réalisation accessoires Morgane Barbry maquillage Catherine Nicolas régie générale, régie plateau Marie-Agnès D’Anselme régie lumière Jean-Gabriel Valot régie son Julien Lamorille construction du décor atelier de la Comédie de Béthune : Jean-Michel Cerf, Jean-Claude Czarnecka, Eddy Garcie, Erwan Henry, Mélanie Sainz Fernandez

De l’enfance à l’âge mûr, l’argent rythme nos vies, au gré d’entrées fructifiantes, au fil des dettes. Spectacle pour publics adolescents ou à voir en famille, Mon fric est un texte choral au rythme trépidant, drôle et léger, qui balaie les étapes d’une vie, de la petite enfance à l’âge adulte, dans ses rapports à l’argent.

Micro Cr€dit : création 15/16

carte blanche, interprétation Maxime Le Gall mise en scène Pauline Jambet écriture Pauline Jambet, Maxime Le Gall composition, musique live Stéphan Faerber collaboration artistique Adèle Chaniolleau régie générale Pascal Benard

Que savons-nous réellement de l’argent, de son origine, de sa fonction ? Il ne fait pas le bonheur mais il dirige le monde et rythme notre vie chaque jour dans nos échanges quotidiens.
Et si ces échanges n’étaient fondés que sur notre imaginaire ? Si l’argent n’était en fait qu’une affaire d’illusion, de croyance, de credo ou plutôt de crédit ? Au même titre que le théâtre…

Requiem : création 13/14

de Hanokh Levin traduction Laurence Sendrowicz (éd. Théâtrales) mise en scène Cécile Backès assistanat à la mise en scène Marie Normand, Pauline Jambet avec Philippe Fretun, Martin Kipfer, Maxime Le Gall, Anne Le Guernec, François Macherey, Simon Pineau, Pascal Ternisien scénographie Thibaut Fack composition, musique Philippe Miller création sonore Juliette Galamez création lumière Pierre Peyronnet costumes Camille Pénager stagiaire costumes Manon Oudni masques Judith Dubois perruques, maquillage Catherine Dubois régie générale Martine Staerk régie son Stephan Faerber régie plateau Christian Menauge régie lumière Milos Torbica construction objets Jean-Claude Czarnecka construction du décor Atelier du Théâtre du Nord accompagnement technique Arno Seghiri, Julien Lamorille

Requiem est la dernière œuvre d’un homme, la dernière pièce de Levin, auteur israélien qui retrouve ici ses origines slaves en s’inspirant de nouvelles de Tchekhov. Requiem poursuit une quête, celle d’un grand poète : parvenir à raconter le passage de vie à trépas. Comment écrire la fin de la vie ?

 

Haut de page