Comédie de Béthune

le conte d'hiver

william shakespeare / patrick pineau - cie pipo
à partir de 15 ans
durée 3h (entracte compris)

béthune / théâtre municipal
les jeu 22 et jeu 23 janvier
à 20h

Bas les masques !
Moins connue que les deux pièces entre lesquelles elle fut écrite, le Roi Lear et La Tempête, le Conte d’hiver est une œuvre de la maturité de Shakespeare. Tout commence bien au royaume de Sicile, dans une famille heureuse : le roi et la reine sont les parents comblés d’un petit garçon plein de vie et attendent l’arrivée d’un second enfant. C’est la fête au palais : le roi reçoit son frère de lait en visite. En quelques minutes pourtant, le temps d’un simple regard échangé entre la reine et l’invité, cette belle harmonie va basculer dans le chaos. Submergé par une jalousie délirante, le roi va causer la perte des êtres qui lui sont les plus chers et s’infliger tout seul le plus affreux des cauchemars. Mais l’histoire ne s’arrête pas là : du temps passe et la réconciliation devient possible. Comme dans un beau rêve.

Pour le chef de troupe qu’est Patrick Pineau, d’abord acteur (au théâtre et au cinéma), ancien membre de la troupe de l’Odéon sous la direction de Georges Lavaudant, le Conte d’hiver est un morceau de roi. Le spectacle s’inscrit dans le prolongement de sa récente mise en scène du Suicidé de Nicolaï Erdman (créé au Festival d’Avignon 2011). Il répond à son goût pour le travail en troupe, à qui il sait insuffler fougue et fantaisie.

Fable captivante sur l’instabilité des êtres et des choses, Le Conte d’hiver offre des défis de mise en scène exaltants. Naufrage, ours meurtrier, passage du Temps en chair et en os, pastorale, travestissements, magie : la liberté de la poétique shakespearienne semble illimitée et inspirante pour l’artisanat théâtral de Patrick Pineau et ses acolytes. Plaisir du jeu, d’abord et avant tout, grâce auquel on peut approcher des secrets contenus dans ce conte doux-amer qui tend à l’humain un miroir déformant, étrange. Incertain et changeant, comme nous.
Texte
william shakespeare
Nouvelle traduction
daniel loayza
Mise en scène
patrick pineau
Collaboration artistique
anne soisson,
sylvie orcier
Assistant
nicolas gerbaud
Scénographie
sylvie orcier
Lumières
christian pinaud
Musique et composition sonore
nicolas daussy
jean-philippe françois
Vidéo
jean-marie carrel
Chorégraphie
jean-charles di zazzo
Costumes
sylvie orcier
charlotte merlin
Masques
coralie leguevaque
Construction du décor
les ateliers du grand T
Peinture décor
sandrine combes
isabelle leloup
Régie générale
florent fouquet
Avec 13 comédiens
nicolas bonnefoy
pauline collin
laurence cordier en alternance avec julie pouillon
nicolas daussy
jean-charles di zazzo en alternance avec nicolas gerbaud
william edimo
alain enjary
marc jeancourt en alternance avec jean-charles di zazzo
aline le berre
manuel le lièvre
babacar m’baye fall
fabien orcier en alternance avec hervé briaux
christophe vandevelde
et avec la participation dans la vidéo de
darius caron
bord de plateau
JEU 23 JAN
production déléguée Scène nationale de Sénart, coproduction Cie Pipo, CNCDC Châteauvallon, MC2 : Grenoble, Théâtre Firmin Gémier/La Piscine, Antony et Châtenay-Malabry, Théâtre Dijon Bourgogne, Centre Dramatique National, MA Scène nationale Pays de Montbéliard, Le Grand T Scène conventionnée Loire-Atlantique, Scène nationale de Sénart. La compagnie Pipo-Patrick Pineau est subventionnée par la DRAC Haute-Normandie – Ministère de la culture et de la communication, le Conseil régional de Haute-Normandie et le Conseil général de l’Eure.

autour du spectacle

La jalousie étant au coeur de ce spectacle, nous vous proposons d'écoutez l'émission "Questions d'éthique" de France Culture sur le sujet :

Critique vidéo des Echos :

Billetterie

Prolonger l'expérience

S'INSCRIRE A LA NEWSLETTER
La Comédie de Béthune,
CDN Nord - Pas de Calais est financée par :

- le Ministère de la culture et de la communication
- le Conseil Régional du Nord - Pas de Calais
- Artois Comm
- le Conseil Général du Pas-de-Calais