À la trace

projet de Anne Théron texte Alexandra Badea mise en scène Anne Théron Cie Les Productions Merlin avec Liza Blanchard, Judith Henry, Nathalie Richard, Maryvonne Schiltz comédiens films Yannick Choirat, Alex Descas, Wajdi Mouawad, Laurent Poitrenaux figuration films Romain Gillot Raguenau, Elphège Kongombe Yamale collaboratrice artistique Daisy Body stage assistant à la mise en scène César Assié costumes, scénographie Barbara Kraft stage scénographie et costumes Aude Nasr images Nicolas Comte montage images Jessye Jacoby-Koaly lumière Benoît Théron son Sophie Berger musique Jeanne Garraud (piano), Mickaël Cointepas (batterie), Raphaël Ginzburg (violoncelle), Marc Arrigoni - Paon Record (prise de son) accompagnement au chant Anne Fisher régie générale, régie lumière, régie vidéo Mickaël Varaniac-Quard régie plateau tournée Marion Kœchlin participation aux tournages Marie-Laure Texier (maquilleuse), Jeff Grosdemange (ingénieur du son), Marc-Antoine Modol (electro), Johanna Boyer-Dilolo (régie) administration de production Bérénice Marchesseau (GINGKO BILOBA), Louise Bianchi, Marion Boucher (TNS) diffusion Séverine André Liebaut (SCENE 2 Diffusions), Louise Bianchi, Marion Boucher (TNS)

dès 15 ans | Durée 2h

  • le palace > mar 2o, mer 21 et ven 23 mars à 2oh
    jeu 22 mars à 18h3o
Réserver maintenant !

Ce spectacle soulève la question de la filiation à travers trois générations. Plus précisément le rapport entre une mère et sa fille. La pièce se cristallise au moment où une jeune mère, Anna Girardin, abandonne son enfant pour disparaître dans la Seine. La jeune fille, Clara, est élevée par une autre mère mais découvre bientôt qu’Anna n’est pas morte.

L’enquête démarre.

La metteure en scène Anne Théron invite Alexandra Badea à traiter de la relation mère/fille. Si la pièce se concentre sur l’intime, l’auteure y voit néanmoins un sujet politique. A l’instar de Simone de Beauvoir, elle estime que la conscience politique commence par l’éducation et la relation avec la mère.

Interprété par quatre formidables comédiennes – les hommes, eux, apparaîtront seulement à l’image – À la trace déploie une parole intérieure partagée par ce quatuor. Lyrique, le texte ne se départit pas en effet d’une dimension chorale. L’écriture d’Alexandra Badea file, ne tarde pas. Elle nous embarque.

Partagez ce contenu autour de vous !
© Atelier Graphique Malte Martin
Production

production Théâtre National de Strasbourg,Cie Les Productions Merlin

coproduction La Passerelle Scène nationale Saint-Brieuc, Les Célestins – Théâtre de Lyon, La Colline Théâtre National, Comédie de Béthune CDN Hauts-de-France

résidence La Colline - Théâtre National, Théâtre National de Strasbourg

soutien Théâtre de Gennevilliers CDN pour la création contemporaine

Le texte est lauréat de la Commission nationale d’Aide à la création de textes dramatiques – ARTCENA

La compagnie Les Productions Merlin est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Nouvelle Aquitaine) et la Région Nouvelle Aquitaine

remerciements Amahì Camilla Saraceni

En images

Haut de page