La Princesse de Clèves
Il y a du scandale, des aveux, et des sanglots étouffés.

de Madame de La Fayette adaptation, mise en scène Magali Montoya | Compagnie Le Solstice d'Hiver avec Arlette Bonnard, Éléonore Briganti, Élodie Chanut, Bénédicte Le Lamer, Magali Montoya peinture Sandra Detourbet musique Roberto Basarte scénographie Emmanuel Clolus lumière Pascal Noël assistant à la mise en scène Guillaume Rannou stage mise en scène Jules Churin régie générale et plateau Lélia Chimento régie lumière, vidéo Pascal Noël régie son Nicolas Perreau costumes ateliers du TNS, MC2: Grenoble maquillage Christelle Paillard

à partir de 15 ans | Durée estimée 7h (1ère partie : 4h / 2e partie : 3h)

  • un spectacle sur deux soirées
    Le Palace ›
    10 et 11 mars à 20h
Réserver maintenant !

Elles sont cinq Clèves. Cinq comédiennes pour interpréter l’histoire publiée anonymement de la passion de la Princesse de Clèves pour le Duc de Nemours.

Magali Montoya en propose une version intégrale répartie entre ces différentes voix qui ne seront pas de trop pour rendre compte du détail et de la finesse d’analyse de Madame de La Fayette. Ensemble, elles révèlent la théâtralité du roman et se laissent traverser dans leurs corps par l’incandescence de l’écriture.

Composé d’un entrelacs de récits, de dialogues et d’envolées plus lyriques La Princesse de Clèves est le grand roman français de l’expression du sentiment amoureux. Sur scène, cette tension est redoublée par une proposition musicale qui s’invente live. L’air vibre, déchiré par les cris qui émanent de la guitare électrique de Roberto Basarte, un musicien qui a joué notamment avec les Rita Mitsouko, Dave Stewart ou Pigalle. Et dans la proposition scénique d’Emmanuel Clolus, une place centrale est donnée à Sandra Detourbet qui détaille, en direct aussi, une posture, un geste et offre aux spectateurs son regard de peintre. Elle prolonge le texte, anticipant même, comme le précise la metteure en scène, “l’inconnu” de ce qui advient sur le plateau.

Sommet inégalé sur les ravages de l’amour et notre incapacité à faire sans, cette oeuvre est aussi l’occasion d’une réflexion sur les apparences. Magali Montoya se penche sur ces rôles que nous endossons et qui chacun d’entre eux révèlent une part de nous-même : je suis tous ceux-là. Et nous, spectateurs témoins de ce surgissement amoureux, nous nous reconnaissons dans cette vérité.

A noter :
  • Choisissez la première soirée au tarif habituel (selon votre situation ou en fonction de votre abonnement) et bénéficiez d’un tarif à 7 € pour la deuxième soirée.
Partagez ce contenu autour de vous !
laprincessedecleves
Production

création à la MC2: Grenoble en janvier 2016

production déléguée MC2: Grenoble

coproduction Théâtre national de Strasbourg, Théâtre national de Bretagne-Rennes, Maison de la Culture de Bourges, MC2: Grenoble, compagnie le Solstice d'Hiver

avec le soutien de la DRAC d'Île-de-France – Ministère de la Culture et de la Communication

aide au compagnonnage du Ministère de la Culture et de la Communication

avec l'aide de la SPEDIDAM, de l'ARCADI Île-de-France

remerciements au Théâtre de la Commune d'Aubervilliers, au Théâtre de l'Aquarium, à la Revue Éclair, à Christophe Rauck, Emmanuel Vernières, Jean-Marie Patte, Annie Le Brun, Elisabeth Kinderstuth et Anne Jonathan

Haut de page