le père
tu leur raconteras
l’époque où tu pouvais
manger des fruits dans
l’herbe allongé dans
les prés"respire" mickey 3d

d’après L’homme incertain (éd. Alma) de Stéphanie Chaillou adaptation, mise en scène Julien Gosselin scénographie Julien Gosselin, Nicolas Joubert interprétation Laurent Sauvage assistanat à la mise en scène Olivier Martinaud lumière Nicolas Joubert vidéo Pierre Martin musique Guillaume Bachelé son Julien Feryn arrangements Joan Cambon conception technique, réalisation Ateliers du TNT
équipe technique de tournée / Théâtre National de Toulouse :
régie générale Jacques Escoffet régie plateau Pierre Bourel régie lumières Georges Corsia régie son Pierre de Cintaz régie vidéo Éric Andrieu

15 ans | Durée 1h15

  • le palace > 1o au 12 mai à 2oh
Réserver maintenant !

C’est l’histoire d’un homme et d’un seul rêve : acquérir une ferme et y installer sa famille. Il connaît le travail de la terre, il sait s’occuper des bêtes puisqu’il vient de là. Tout paraît simple et il y croit. Il s’installe et très vite se rend compte de son erreur : le monde a changé. Aujourd’hui c’est différent, aujourd’hui c’est la fin des paysans. La ferme est prise par les banques et il ne lui reste plus rien.

Le narrateur cherche à mettre des mots sur cet échec. Pour raconter ce monde qui se dérobe, il emprunte l’image d’un trou qui se creuserait soudain dans le jardin et qui emporterait tout. Ce père prend la parole pour raconter ce que la vie fait aux hommes, parfois : le désespoir, le déclassement, l’incompréhension, les envies de vengeance et l’énergie déployée pour contenir la violence qui gronde en soi.

Le roman de Stéphanie Chaillou donne la parole à cet agriculteur et à travers lui, ce sont toutes nos tentatives de vie qui prennent corps. Certains ont des parcours de vies plus apaisés mais nul n’est exempt à un moment ou à un autre d’une rencontre avec la violence du monde. L’auteure dit vouloir rattraper le réel, le corriger, le modifier par l’écriture.

Entouré de sa fidèle équipe, Julien Gosselin propose un spectacle poétique et délicat qui célèbre la puissance de jeu toute en finesse de Laurent Sauvage. Le narrateur vient nous confier ce trajet qui a tourné court. La partition des enfants s’inscrit en vidéo tout autour de ce père, de ce « fantôme d’homme » revenu parmi nous.

A noter :
  • rencontre avec les artistes jeu 12 mai à l'issue de la représentation
  • rencontre "représentation de la paysannerie au théâtre et au cinéma aujourd'hui"
    la scène — le louvre lens › dim 3o avril à 16h
Partagez ce contenu autour de vous !
le père
Production

production Si vous pouviez lécher mon coeur

coproduction TNT – Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées, la Comédie de Béthune – CDN Nord – Pas de Calais – Picardie, le Théâtre d’Arles – scène conventionnée

avec le soutien de Montevideo créations contemporaines

texte publié aux éditions Alma

En images

Haut de page