les hérétiques

THÉÂTRE DE L’AQUARIUM texte Mariette Navarro mise en scène François Rancillac jeu Christine Guênon, Yvette Petit, Stéphanie Schwartzbrod (distribution en cours) scénographie Raymond Sarti lumière Pauline Guyonnet costumes Sabine Siegwalt

dès 14 ans | Durée env. 1h45

  • le palace › 26 fév au 1er mars à 20h
Réserver maintenant !

Entre humour, chansons et poésie, Mariette Navarro fait joyeusement la lumière sur les sorcières en menant, à sa manière, une réflexion douce et subtile sur ce qu’est la liberté d’un choix de vie. Et la possibilité de s’éloigner des dogmes.

Pourquoi la diversité de nos vies, de nos cultures, de nos convictions est‑elle si souvent ressentie comme une menace pour notre pays ? Un soir de 2028, une citoyenne lambda, qui ne sait plus trop à quel saint se vouer, est accueillie par un étrange groupuscule de femmes réunies dans une quasi clandestinité autour de ces questions. Mais qui sont‑elles ? Des activistes féministes ? Des croyantes exaltées ? Des laïques acharnées ? Ça parle vif, ça se dispute, ça rit beaucoup aussi, chacune revendiquant haut et fort sa propre liberté de conscience, son « hérésie », quitte se démarquer de l’opinion commune, quitte à être désignée à la vindicte nationale. Voire jetée aux lions… ou au bûcher ? Et si cette réunion était un sabbat de sorcières ?…

Familier des écritures nouvelles, le metteur en scène François Rancillac a passé commande à Mariette Navarro de ce texte né de leurs échanges sur la question de la laïcité. Pour y répondre, l’auteure choisit le détour de la fiction ; ici, pas de théâtre documentaire comme miroir direct d’une actualité médusante, mais plutôt une envolée joyeuse et libératrice. Être hérétique, c’est bien cela non ?

Partagez ce contenu autour de vous !
© Jeanne Roualet
Production

production Théâtre de l’Aquarium

coproduction Comédie de Béthune — CDN Hauts‑de‑France, Le Bateau‑Feu Scène nationale de Dunkerque, compagnie Théâtre sur paroles

soutien Conseil régional Ile‑de‑France pour la résidence d’écriture de Mariette Navarro à l’Aquarium

Haut de page