Que viennent les barbares

COMPAGNIE DU DERNIER SOIR texte, dramaturgie Sébastien Lepotvin, Myriam Marzouki mise en scène Myriam Marzouki jeu Louise Belmas, Marc Berman, Yassine Harrada, Claire Lapeyre Mazérat, Maxime Tshibangu, Samira Sedira scénographie Marie Szersnovicz lumière Christian Dubet son Jean‑Damien Ratel costumes Laure Maheo assistanat à la mise en scène, regard chorégraphique Magali Caillet‑Gajan construction décor atelier de la MC93

dès 15 ans | Durée env. 1h45

  • le palace › 23, 24 et 26 avril à 20h
    jeu 25 avril à 18h30
Réserver maintenant !

Être ou ne pas être français… Six comédiennes et comédiens se posent la question de l’imaginaire associé à notre citoyenneté. Un spectacle joyeusement politique.

Ils sont six sur scène et s’engagent dans la guerre des apparences qui interrogent notre appartenance à la communauté nationale. Qui voit‑on spontanément comme étant français ? Qui, au contraire, percevons‑nous comme autre, irréductiblement décalé de notre « nous national » ? Dans un spectacle faisant se rejoindre théâtre des idées et théâtre des émotions, les interprètes de Que viennent les barbares poussent à bout les limites de nos aprioris et de leurs contradictions.

Cela, en riant de notre époque, en la traitant par l’absurde, puis en montrant que le rire ne fait que recouvrir des sentiments de malaise et de colère. En allant à la recherche de qui est perçu comme français, déclare l’auteure et metteure en scène Myriam Marzouki, ce sont des éclats et des échos de l’histoire du monde que j’entends. Que viennent les barbares nous raconte ces récits de luttes toujours à recommencer, ces histoires de rencontres improbables, ces rêves qui illuminent notre présent.

Partagez ce contenu autour de vous !
© Jeanne Roualet
Production

production MC93 — Maison de la Culture de Seine‑Saint‑Denis

coproduction Comédie de Béthune — CDN Hauts‑de‑France, Comédie de Reims — CDN, La Passerelle — Scène nationale Saint‑Brieuc

soutien Théâtre L’Echangeur — Bagnolet

soutien SPEDIDAM, société de perception et de distribution gérant les droits des artistes interprètes

Ce texte est lauréat de l'Aide à la création de textes dramatiques — ARTCENA.

Haut de page