spectacle annulé –Requiem des innocents

Pour des raisons personnelles, Virginie Despentes ne sera pas présente le samedi 24 septembre pour la lecture de Requiem des Innocents. Le spectacle est par conséquent annulé. Pour celles et ceux qui ont déjà leurs places, merci de contacter l'accueil au 03 21 63 29 19.
Nous vous donnons tout de même rendez-vous samedi 24 septembre à 16h30, comme prévu, pour "Bienvenue dans la nouvelle saison".


texte Louis Calaferte (éd. Gallimard collection Folio) lecture Virginie Despentes musique groupe Zëro guitare Éric Aldea claviers Ivan Chiossone batterie Frank Laurino son Wilo

15 ans | Durée 1h

  • bienvenue dans la nouvelle saison
    le palace ›
    sam 24 sept à 2oh
    à 18h : lecture musicale de mariette navarro et samuel gallet autour d'Une Île

Elle arrive juste quand il faut, ajuste son micro, imperceptiblement la lumière se fait et sa chevelure s’enflamme. À peine maquillée, son profil se détache en contre-jour. Les trois gars de Zëro sont déjà là, on leur doit cette ambiance crépusculaire et cette tension : basse, guitare, claviers. Elle lève les yeux, entr’ouvre la bouche et c’est parti.

Sa voix rauque donne le rythme : des fins de phrases qui tombent puis d’un coup des accélérations, un phrasé mélodique inattendu, une affectation subite sur un mot ou un patronyme. Ça gouaille un peu. Il y a de l’humour derrière tout ça. Certaines phrases attrapées au vol nous accompagnent un long moment : « brûlant sa vie par petites flammes », « je sais d’où je viens », « la misère : faut l’écouter ou s’en aller, c’est exigeant ».

Virginie Despentes nous fait entendre son livre de chevet, un ouvrage qui l’a accompagné des années durant : Le Requiem des innocents de Louis Calaferte. Ce premier livre de facture autobiographique n’est rien d’autre qu’un cri de révolte contre la misère et l’injustice.

La musique se retient un instant sans jamais s’arrêter totalement puis elle reprend, ça s’étire alors, c’est un trip. Cette atmosphère mélancolique nous prend sans jamais nous étouffer. L’air autour de l’interprète se fait de plus en plus pesant. Mais il n’y a rien de sulfureux ici, plutôt une humilité, une approche délicate où on ne décèle aucune hésitation. Manifestement, ce n’est pas d’affrontement dont il est question. C’est comme si la voix retenait un cri, un appel qui est pris en charge par les trois hommes. C’est beau ce partage-là. Et nous, on embarque sur cette chevauchée littéraire et musicale.

Partagez ce contenu autour de vous !
visuel Requiem des Innocents
Production

texte publié aux éditions Gallimard dans la collection Folio

En images

Pour aller plus loin...

Haut de page