revue rouge
faudrait pas oublier
qu’ça descend dans la rue
les anarchistes
léo ferré

chant Norah Krief mise en scène Éric Lacascade conception, direction musicale David Lescot piano, choeur Fred Fresson basse, choeur Philippe Thibault batterie, choeur Flavien Gaudon guitare, trompette, choeur David Lescot assistanat à la mise en scène Rachid Zanouda collaboration artistique Alain Lewkowicz son Olivier Gascoin assisté de Yohann Gabillard lumière Jean-Jacques Beaudouin vidéo Stéphane Pougnand costumes Augustin Rolland coaching vocal Myriam Djemour

13 ans | Durée 1h

  • le palace › 6 au 8 déc à 2oh
Réserver maintenant !

Après les Sonnets l’an dernier, Norah Krief est de retour ! Conçu par David Lescot, ce nouveau show est centré autour des chansons de révolte. Dans une mise en scène d’Eric Lacascade, la comédienne ne nous quitte pas des yeux, nous entraînant à sa suite : un porte-étendard des plus séduisants.

Ces chants révolutionnaires appartiennent à la mémoire collective. Ils traversent les époques et les continents. Les airs, pour certains déjà entendus, se révèlent autres parce qu’incarnés par la voix un poil rauque et ô combien envoûtante de Norah Krief.

Pour être des chants révolutionnaires, ils n’en sont pas moins populaires. Se faisant l’écho d’une conscience collective, ce qui s’exprime à travers eux c’est un appétit de vivre et une soif de justice sociale. Ce n’est pas du militantisme politique, c’est prendre ces airs pour ce qu’ils sont : des hymnes à la parole libérée. Ainsi révélés, les mots respirent autrement. On entendra à nouveau Léo Ferré mais aussi Bertolt Brecht mis en musique par Hans Eisler et puis des chansons de David Lescot – n’oublions pas que ce dernier est également trompettiste et guitariste.

Ces chants de lutte qui témoignent d’espoirs collectifs et de révoltes passées se révèlent aujourd’hui toujours aussi nécessaires. À mille lieues de toute espèce de nostalgie, ce tour de chant nous entraîne vers de nouveaux combats. Les airs qui composent cette « revue » à la couleur qui ne saurait être choisie par hasard, nous embrasent. On se surprend à fredonner les refrains et reprendre les couplets. Et sortant de la salle, on rêve à des « lendemains qui chantent » !

A noter :
  • rencontre avec les artistes mer 7 déc à l'issue de la représentation
Partagez ce contenu autour de vous !
revue rouge
Production

production Théâtre National de Bretagne / Rennes – CDN, CNCDC Châteauvallon

coproduction Compagnie Lacascade
Éric Lacascade est

artiste associé au Théâtre National de Bretagne / Rennes

Téléchargements

En images

Haut de page