à propos des spectacles

Un Long Dimanche de fiançailles : écho n°4

Publié le 29.04.20 par La Comédie de Béthune

Un long dimanche de fiançailles, c’est un roman-champ de bataille, construit comme une boîte aux lettres où les nombreux personnages postent les récits de leur mémoire… un texte idéal pour une lecture partagée participative, réunissant des comédien·nes professionnels et des lecteurs/trices amateurs !

Cette lecture partagée prévue fin mars n’a pu avoir lieu. Alors, nous imaginons une autre forme… et vous retrouverez notre troupe éphémère (presque) au complet pour traverser, par extraits, les 14 chapitres du roman. Rendez-vous ici même chaque jeudi d’avril.

En voici les chapitres 11, 12, 13 et 14, derniers chapitres de notre feuilleton audio confiné.

Chapitre 11 – les amoureux de la Belle de Mai

La confession de Tina Lombardi, « sœur de deuil » de Mathilde, contient le chemin de sa propre enquête. Ayant décodé la dernière lettre de son Ange, elle arrive à Combles en février 1917. Dans la réalité, Combles est une petite ville dévastée par la bataille de septembre 1916 où Ernst Jünger, l’un des écrivains allemands de cette première guerre, fut blessé. Dans le roman, Combles est le lieu où l’on raconte à Tina l’arrivée d’un soldat français portant des bottes allemandes et un autre soldat plus jeune, sur son dos. Deux témoignages lui font croire d’abord qu’il s’agit de Bouquet et de son amant, puis lui arrachent tout espoir : Ange est bien mort. Tina forge alors un projet de vengeance qui va l’emmener jusqu’aux commissaires du conseil de guerre puis vers le commandant Lavrouye. En tout, la Tueuse d’Officiers va tuer 5 hommes. A son tour.

Selon elle, c’est donc Benjamin Gordes et un jeune soldat nommé Jean Desrochelles qui sont arrivés à Combles. Mathilde assemble les morceaux : cet autre Jean, qui est-il ? S’il vit encore, où vit-il ? Elle presse Célestin Poux de questions et rappelle Germain Pire dans la foulée : qu’a-t-il établi dans l’enquête sur Gordes ? Qu’a-t-il compris des bottes allemandes ? Voici à présent Germain Pire sur la piste de Jean Desrochelles, du côté de Saintes…

Chapitre 12 – les tournesols du bout du monde

Mathilde apprend par une lettre d’Heidi Weiss un nouveau détail : le 7 janvier au matin, après la nuit terrible, un cadavre français avec des bottes allemandes gisait dans une cave effondrée au milieu des tranchées. Gordes serait donc revenu à Bingo Crépuscule et y serait mort — alors qu’on le croyait mort plus tard à Combles ? Quel est donc le soldat aux bottes allemandes aperçu ensuite avec Desrochelles sur le dos ? Par élimination, Mathilde devine qu’il s’agit de Benoît Notre-Dame. Elle reprend sa lettre à Mariette, cherche le code secret et le trouve. Là, près d’une ferme qu’on appelle le Bout du Monde, au milieu de champs de tournesols jaunes comme dans les tableaux de Van Gogh, Mathilde voit venir à elle un petit garçon suivi de son père…

Chapitre  13 – lieutenant-général Byng au crépuscule

Mathilde revient à Paris. Et parce que le roman a ce pouvoir, Mathilde nous embarque dans son avenir, quand elle recevra encore des lettres pour compléter l’enquête de toujours plus de détails : des nouvelles d’Hélène Gordes, fille d’Elodie et Benjamin, puis la pancarte de bois peinte du « Lieutenant-Général Byng au crépuscule ». Célestin Poux avait raison : parfois, on se trompe, il suffit d’un mot entendu pour en former un autre.

Septembre 1924 : Germain Pire a retrouvé Jean Desrochelles. Dans une lettre à Mathilde, il expose toute l’histoire et l’incite à la prudence. Car Jean Desrochelles n’est pas tout à fait celui qu’elle croit, et Manech n’existe plus. Comme l’a dit Benoît Notre-Dame, « un nom ne représente rien ». Ce qui compte, c’est l’homme qui porte ce nom aujourd’hui, la vie qu’il mène aujourd’hui, près de la mère qui l’entoure, aujourd’hui, et qui supplie Mathilde par lettre : « Ne me le prenez pas, je vous en supplie, ne me le prenez pas. On en mourrait tous les deux. »

Que va faire Mathilde ?

Chapitre  14 – lundi matin

Où l’on apprend ce qui s’est passé à Bingo Crépuscule le 7 janvier 1917, l’enterrement de ces 5 soldats qui n’étaient pas ceux qu’on pensait, pour finir une histoire qui ressemble à un conte…

BONUS

Le rêve de Mathilde (chapitre 5)

Henry Darger (1892-1973)

 

Un long dimanche de fiançailles de Sebastien Japrisot

UN FEUILLETON AUDIO CONFINÉ, PAR LA COMÉDIE DE BÉTHUNE – AVRIL 2020

Préparé, réalisé et mis en ligne par :

Cécile Backès, Béatrice Barou, Eva Castrogiovanni, Margaux Eskenazi, Stephan Faerber, Flora Gros, Romain Paquet, Noémie Rosenblatt, Magali Somville et Adeline Vesse.

Lu et enregistré par :

Cécile Backès, Ulysse Bossard, François Clavier, Margaux Eskenazi, Nathan Gabily, Cécile Gérard, Maxime Le Gall, Laurent Levy, Lola Naymarck, Eric Petitjean, Noémie Rosenblatt, Adeline Vesse, et la participation de Guillaume Barbot.

Avec les élèves de la classe préparatoire Égalité des chances :

Achille Aplincourt, Valentine Berthier, Elisa Brabant, Naomi Dauchelle, Manon Guiluy, Ramo Jalilyan, Badr-Eddine Kahlis, Tiphaine Redjdal, Giovanni Regnier

Et un grand merci à tous les lecteurs amateurs :

Michèle Arab D’Hondt, Laurent Berthelemy, Sylvie Cayet, Irina Collavini, Sylvie Denis, Gérard D’Hondt, Philippe Dubois, Anaïs Fauquembergue, Patricia Fauquembergue, Eléonore Franchet, Catherine Floret, Didier Grimel, Francine Harchin, Loan Hermant, Valérie Hesloin, Véronique Jacob, Anne-Marie Lacroix, Elsa Lambert-Ligier, Paola Miceli, Chantal Minche, Françoise Moncheaux, Catherine Parisot, Sandrine Rendu, Catherine Smets, Evelyne Verger.

BIBLIOGRAPHIE

Livres

Les champs d’honneur de Jean Rouaud, éditions de Minuit, 1990.

L’élégance des veuves d’Alice Ferney, coll. Babel n°280, éditions Actes Sud, 1995.

Le diable au corps de Raymond Radiguet, Folio Classique n°1391, éditions Gallimard.

Lettres à Lou d’Apollinaire (1915-1916), coll. L’Imaginaire, éditions Gallimard.

Films

Au revoir là-haut de Albert Dupontel (2017)

Les sentiers de la gloire de Stanley Kubrick (1957)

La grande illusion de Jean Renoir (1937)

Musiques

1916 de Motorhead

What’s going on de Marvin Gaye

La guerre de 14-18 de Georges Brassens

Veuve de guerre de Barbara

Partagez ce contenu autour de vous !

En liens

1 commentaire

Déposez le vôtre
  • Chantal il y a 5 jours

    Merci a vous tous de m’avoir,de nous avoir permis de vivre cette experience inedite.
    A quand la prochaine aventure ? Pas confinée… cela va de soi.
    A bientôt pour de nouveaux partages.

    Répondre

Laisser un commentaire

Haut de page