©Wikimedia Commons
à propos des spectacles

Un Long Dimanche de fiançailles : écho n°1

Publié le 08.04.20 par La Comédie de Béthune

Un long dimanche de fiançailles, c’est un roman-champ de bataille, construit comme une boîte aux lettres où les nombreux personnages postent les récits de leur mémoire… un texte idéal pour une lecture partagée participative, réunissant des comédien·nes professionnels et des lecteurs/trices amateurs !

Cette lecture partagée prévue fin mars n’a pu avoir lieu. Alors, nous imaginons une autre forme… et vous retrouverez notre troupe éphémère (presque) au complet pour traverser, par extraits, les 14 chapitres du roman. Rendez-vous ici même chaque jeudi d’avril.

En voici les 3 premiers chapitres… 

Introduction à la lecture

texte écrit par Christine Bénevent, directrice d’études en histoire du livre et bibliographie à l’École nationale des chartes

  • lire ce texte dans sa version pdf en cliquant ici.
  • écouter ce texte, lu par Noémie Rosenblatt

    Note : sauf précision contraire,  toutes les citations de Japrisot proviennent de la postface à l’édition d’Un long dimanche de fiançailles (france loisir 1992) »

Chap.1 – Samedi soir

Un narrateur raconte l’histoire de « 5 soldats qui faisaient la guerre », et leur longue marche sur une route du front de la Somme, en 1917. Il fait le portrait de chacun d’entre eux : le matricule 2124, l’Eskimo, dit aussi Bastoche. Le 4077, soudeur à Bagneux. Le 1818, venu de Dordogne. Le 7328, Ange, né à Marseille à la Belle-de-Mai. Et le 9692, Jean, ou Manech, dit le Bleuet, qui n’a pas vingt ans et qui est amoureux de Mathilde. Ils ont les bras liés derrière le dos, car ce sont tous des mutilés volontaires…mais attention, ne pas en dire trop ! Plutôt suivre une voix, qui dit de faire attention au fil…

Chapitre 2 – Bingo Crépuscule

1919 : Mathilde vit dans les Landes, à Cap-Breton. Elle reçoit une lettre qui la prie de venir voir Daniel Esperanza, un sergent-soldat, hospitalisé à Dax. Esperanza raconte à Mathilde comment il a été chargé de conduire les 5 soldats mutilés vers une tranchée au nom étrange, « Bingo crépuscule ». Mathilde découvre les surnoms des soldats, Six-Sous, Droit Commun, Cet Homme et de nouveaux personnages mystérieux, Célestin Poux, « la terreur des armées », Benjamin Gordes ou Urbain Chardolot. Elle apprend le sort réservé aux 5 soldats, leur condamnation à mort : ils ont été jetés dans un « no man’s land » entre les deux tranchées ennemies, l’allemande et la française. Et ensuite ? A part quelques « folies », des rumeurs parvenues jusqu’à lui, Esperanza n’en sait pas plus. Sa mission accomplie, il revient à son cantonnement. On lui a conseillé d’oublier, mais encore aujourd’hui, sur son lit d’hôpital, le remords le dévore…

Chapitre 3 – La Veuve blanche

Mathilde a reçu d’Esperanza la liste des 5 noms, les copies des dernières lettres envoyées par les condamnés à leurs femmes, ainsi qu’une photo. Elle les lit, une à une. Missives courtes ou lettres d’amour. Comme celle que Manech lui adresse… mais elle ne veut pas pleurer. Elle relève des indices et des questions : qui est Biscotte, dont parle Kléber Bouquet, l’Eskimo, dans sa lettre à son ami Petit Louis — et pourquoi lui écrit-il plutôt qu’à Véronique Passavant, sa compagne ? Pourquoi la lettre de Cet Homme à sa femme, Mariette, est-elle aussi courte ? Célestin Poux est-il encore vivant ? On en apprend un peu plus sur eux et sur Mathilde, aussi, Mathilde qui aime les chats, Mathilde qui peint des fleurs et préfère les jaunes de Millet à ceux de Van Gogh.

Elle reçoit la visite d’Aristide Pommier, un gars de chez elle, qui était au régiment avec Manech,, un gars loyal qui revient sur la fine blessure des soldats. Puis Mathilde retourne voir Esperanza. Mais celui-ci n’apporte aucune réponse à ses questions…

Partagez ce contenu autour de vous !

En liens

Laisser un commentaire

Haut de page